Accéder au contenu principal

Sélection

Les rallumeurs d'étoiles c'est aussi un "Blog" !

Nous vous proposons sur ce blog des articles de tous horizons, sur la région, sur nos partenaires,sur des actions bienveillantes...Nous essaierons de vous relayer les initiatives que nous trouvons positives, les actions que nous allons mener, .... Cette espace est dédié à vous informer tout en passant du bon temps !Et puis !!!,des vidéos et quelques clipscar en images c'est sympa aussi !, bonne visite à vous tous et merci de nous être fidèle.

Vers une économie altruiste

“Il y a assez sur terre pour répondre aux besoins de tous mais pas assez pour satisfaire l’avidité de chacun.” Gandhi


Chez les rallumeurs d’étoiles, nous pensons que l’économie doit être au service de la société et non la société au service de l’économie. Elle doit aussi bénéficier à la société dans son ensemble.
Comme le notait l’écrivain Daniel Pennac : “Le bonheur individuel se doit de produire des retombées collectives, faute de quoi la société n’est qu’un rêve de prédateurs.”
Nous pensons que l’Etat doit protéger les faibles, garantir que le travail de chacun est rétribué à sa juste valeur, veiller à ce que les privilégiés et les plus fortunés n’utilisent pas leur puissance pour influencer les décisions politiques en leur faveur.


Les rallumeurs d’étoiles considèrent qu’une économie est dysfonctionnelle lorsque ceux qui ont apporté une contribution négative à la société sont ceux qui en profitent le plus.

Une économie saine ne doit donc pas conduire à des inégalités disproportionnées. Il ne s’agit pas ici des disparités naturelles qui se manifestent dans toute communauté humaine, mais des inégalités extrêmes qui sont les produits, non pas des capacités réelles des personnes, mais de systèmes économiques et politiques qui sont biaisés pour facilité cette iniquité.

Rien dans tout cela ne relève de la fatalité, et il est tout à fait possible d’orienter différemment le cours des choses,
pour peu qu’il y ait une volonté populaire et politique. Même dans le monde économique, le respect des valeurs humaines incarnées dans l’altruisme n’est pas un rêve idéaliste mais l’expression pragmatique de la meilleur façon d’arriver à une économie équitable et à une harmonie durable.

Pour être harmonieuse, la poursuite de la prospérité doit intégrer les aspirations au bien-être de l’ensemble des citoyens et le respect de l’environnement.

Article inspiré des écrits de Matthieu Ricard dans sont “Plaidoyer pour l’altruisme”.

Voici maintenant un extrait du livre “Le Prophète” de Khalil Gibran.

Eh oui, on fais aussi de la philosophie en rallumant les étoiles !

“Un commerçant dit alors : Parle-nous de la Vente et de l’Achat ?  
– La terre vous livre ses bienfaits et vous ne manquerez de rien si vous savez ouvrir les mains.C’est en échangeant les dons de la terre que vous trouverez l’abondance et serez satisfaits. 
Pourtant, si l’échange n’a pas lieu dans l’amour et dans une justice bienveillante, il conduira certains à la rapacité et d’autres à la faim. 
Travailleurs de la mer, des champs et des vignes, quand sur la place du marché vous rencontrez les tisserands, les potiers, les récolteurs d’épices,Invoquez le maître esprit de la terre, priez le de venir parmi vous et de sanctifier les balances et les toises qui mesurent la valeur des choses. 
Et ne permettez pas à ceux dont les mains sont stériles de prendre part à vos transactions : ils monnaieraient leurs paroles contre votre labeur.A ceux là vous devriez dire : 
-“Venez aux champs avec nous, ou allez à la mer avec nos frères pour y jeter vos filets ; 
Car terre et mer seront généreuses envers vous comme elles l’ont été envers nous.” 
Si surviennent les chanteurs, les danseurs et les joueurs de flûte, achetez également de ce qu’ils vous offrent. 
Eux aussi récoltent les fruits et l’encens, et leur marchandise, bien que fabriquée de rêves, est parure et nourriture pour vos âmes. 
Veillez avant de quitter le marché à ce que personne ne reparte les mains vides. 
Car le maître esprit de la terre ne saurait dormir paisiblement sur le vent tant que les besoins des plus humbles n’auront été comblés.”
Khalil Gibran

Commentaires

Articles les plus consultés